Peut-on écrire et traduire l’accent marseillais ?

accent MarseilleChaque région a sa spécificité aussi bien sur le plan géographique qu’au niveau du langage. Il faut le dire : l’accent marseillais est sans doute un des plus prononcés en France. Ce peut parfois causer un problème de traduction s’il s’agit d’un texte ou d’une œuvre cinématographique. Cependant, ce n’est pas tout à fait impossible d’écrire ou de faire une traduction Marseille de l’accent local. Cet article vous raconte tout en détail.

L’accent de la bourgeoisie marseillaise

Une synthèse des commentaires métalinguistiques qui ont été recueillis sur de nombreux supports tels que les interviews et les émissions permet de donner à la bourgeoisie marseillaise un accent assez particulier. Celui-ci serait sans doute plus provençale et chantant, mais surtout moins vulgaire que l’accent populaire. Cependant, il faut aussi dire qu’il s’agit de l’accent le plus marqué et dont la traduction n’est pas du tout aisé. En effet, P. Carrese a proposé un schibboleth qui est censé illustrer les fiolis et les jambons, des termes locaux qui désignent souvent les bourgeois, mais dans un sens très dépréciatif. Pour faire une traduction Marseille ou écrire l’accent de la bourgeoisie marseillaise, il faudra tout simplement prendre en compte la fréquence des « é » et des « a » dans la prononciation. Des mots comme « maniéré » sont en ce sens très familiers.

La palatalisation : un marqueur linguistique récent

Aujourd’hui, pour arriver à saisir vraiment les changements linguistiques en cours à Marseille, les chercheurs doivent observer les pratiques langagières en milieu urbain, notamment dans les quartiers populaires. En effet, l’accent des cités fait l’objet de travaux plus fins qui font état de la complexité de sa constitution. D’ailleurs, on relève depuis quelques années, des formes graphiques qui sont censées caractériser des personnages marseillais en utilisant une forme de palatalisation. Ce marquage tourne essentiellement autour du pronom « Tu ». P.Carrese est sans doute un des premiers chercheurs à mettre en lumière ce phénomène.

Finalement, est possible de traduire et d’écrire l’accent marseillais ?

Oui, mais à certaines conditions. Il faut d’abord mettre l’accent sur les bons mots ou encore comprendre le sens de certains termes. Par exemple, le célèbre slogan marseillais « on ne craint dégun » signifie tout simplement : on ne craint personne. En effet, « dégun » s’est construit sur le modèle de « quelqu’un », mais exprime exactement le contraire dans le langage populaire. Le mot « peuchère » que vous entendrez souvent à Marseille signifie littéralement : « pauvre de lui ».