Ouvrir une chambre ou une maison d’hôtes

maisonCela est devenu un challenge pour nombreux français chaque année. Avant de vous lancer, quelques infos bonnes à savoir :

1/ Ouvrir pour les bonnes raisons

Il s’agit de commencer l’aventure en toute conscience. Posez-vous les bonnes questions : est-ce que ma région comporte un attrait touristique, suis-je suffisamment équipé pour recevoir? Quel type de service puis-je proposer: demi-pension ou complète?

Ensuite en  devenant hôtes à l’année, il vous reste peu de temps libre. La disponibilité est un des éléments essentiels de ce concept. Donner des bons plans sur votre région, discuter avec vos invités font partie des règles d’or à suivre pour instaurer une atmosphère de convivialité.

2/ Ce qu’il faut savoir

a) Misez sur des prestations luxueuses
Vous devez mettre à disposition de vos visiteurs, une chambre (ou six au maximum) avec selon les cas des sanitaires privés. On peut l’occuper une ou plusieurs nuits, petit déjeuner compris. Ce n’est ni une location de meublé, ni un hôtel. Le tarif d’une nuitée est de 45 euros jusqu’à 100 euros pour une chambre d’hôtes.  Il est possible de compléter l’activité de la chambre d’hôtes par celle de table d’hôtes. Elle consiste à proposer un repas traditionnel à base de produits régionaux, issus si possible de votre jardin ou d’une exploitation agricole.

b) Etre conforme aux réglementations en vigueur
Posséder une licence 1, notamment pour servir les boissons au petit déjeuner.  Vous devez  déposer une déclaration de location à la mairie en précisant le nombre de chambres, la capacité d’accueil. Vous pouvez héberger 15 personnes au maximum.

Déclarer ses chambres d’hôtes aux impôts.  Et si vous n’avez pas respecté certaines règles en matière de tarification, d’assurance, de TVA, etc., cela peut vous coûter cher.

3/ Avantages fiscaux, aides et subventions

Si vos recettes annuel les dépassent les 73600 euros par an vous pouvez vous affilier à un label et être dispensés d’inscription au registre du commerce et des sociétés RCS. Votre taxe de séjour dépend du Conseil Municipal et  Conseil Général, parfois du Conseil Régional, et elles varient selon les départements.

Pour les projets importants, vous pouvez aussi faire appel à des aides européennes. Les subventions ne couvrent que les gros travaux (murs, sols, fenêtres…) Il est conseillé d’attendre l’autorisation des différents organismes d’attribution avant de commencer les travaux. Vous ne serez remboursé qu’après, sur présentation des factures. Le mobilier, la décoration sont à vos frais. Comptez 12 000 euros pour ouvrir une chambre d’hôtes convenable, il est courant qu’un des conjoints continue de travailler pour éviter l’endettement mais il est préférable d’avoir un petit capital de départ.

4/ S’affilier à un label

Même si la chambre d’hôte ne requiert pas de réglementation spéciale, il est plus sûr  de vous affilier à un label,  comme Fleur de Soleil, le label qualité des chambres d’hôtes en France.  Vous pourrez bénéficier de sa notoriété et des services : formation, conseils pour le montage technique et financier, assistance juridique, promotion, service de réservation, appui en cas de litige avec un client… Veillez à respecter le cahier des charges (règles d’accueil et de services) et acceptez d’être contrôlé, parfois à l’improviste.