Voyages à Madagascar : l’incontournable allée des baobabs

La grande île regorge de nombreuses surprises que les amateurs de randonnées pourront découvrir durant leur voyage à Madagascar. Parmi les plus intéressants sites touristiques, vous avez l’allée des baobabs, une merveille qui a fait la renommée de la péninsule pendant des décennies. Ce vestige naturel se situe dans une région un peu éloignée, mais qui mérite absolument le détour.

Les différents circuits qui peuvent mener jusqu’à l’allée des baobabs

On parle souvent de site, mais dans le cas de cette Grande Allée, on peut plutôt parler de route. Les voyageurs constateront d’ailleurs que le lieu d’intérêt se trouve sur la voie qui les mèneront de Belon’i Tsiribihina à Morondava. Les baobabs, ces arbres majestueux, se dressent au bord de la route comme pour souhaiter la bienvenue à leurs visiteurs s’ils viennent d’arriver et laisser un dernier souvenir s’ils s’apprêtent à quitter l’île. Durant leur voyage à Madagascar, différents circuits s’offrent aux randonneurs qui veulent accéder à cette fameuse zone protégée. Puisque souvent l’aventure commence à Antananarivo, le premier cas consiste à prendre un avion en partance de Morondava. Ensuite, on peut effectuer à pied ou en voiture les vingtaines de kilomètres qui séparent le site de la petite localité.

Ceux qui préfèrent admirer les paysages et côtoyer les habitants peuvent toujours choisir la voie terrestre. Cependant, si la distance est à peu près de 371 km en vol d’oiseau, elle atteindra presque le double en empruntant les routes (soit 16 heures de détour en voiture). Ce sera quand même la meilleure option si les voyageurs ont du temps devant eux. Sur le chemin (d’Antananarivo à Morondava), ils auront l’occasion de découvrir d’autres villes telles que Miandrivazo et Antsirabe. Les professionnels tiennent quand même à conseiller les visiteurs d’opter pour la période sèche afin d’éviter les désagréments causés par l’état des routes.

L’Allée des baobabs : entre légendes et biodiversité

La culture malgache confère aux baobabs une valeur assez particulière. On raconte que la beauté de ces magnifiques arbres a même irrité les dieux. Ces deniers ont donc décidé de les planter à l’envers. Dans d’autres cultures locales, on considère ces gigantesques plantes comme sacrées. Pendant leur voyage à Madagascar, les visiteurs seront certainement surpris des cultes et des histoires exceptionnelles que les autochtones accordent aux baobabs. D’ailleurs, si la destination malgache a été choisie pour une lune de miel ou un anniversaire de mariage, les randonneurs seront ravis d’entendre l’histoire des « baobabs amoureux ».

Mais si telles sont les légendes sur cette fameuse allée, sa situation aussi très intéressante en terme de biodiversité. Le site renferme en effet des espèces de baobabs assez rares. Sur les 8 races du genre adansonia existantes, on estime que 6 se trouvent actuellement à Madagascar. Ce vestige naturel est donc considéré comme un patrimoine national. Cependant, les circonstances font que sa protection demeure toujours un problème à résoudre malgré son statut de zone protégée.