Quels sont les principaux buts de la Résistance iranienne ?

Une résistante iranienneÀ partir des années 80, un leader de l’opposition de la République islamique d’Iran commençait à développer de plus en plus son régime. Il s’agit de Massoud Radjavi, un militant politique d’origine iranienne et fondateur du Conseil national de la résistance iranienne. L’organisation a pour principal but de lutter contre l’intégrisme religieux qui est un fait imposé par les dirigeants iraniens suivant une forme de répression terroriste périlleuse. Mis à part cela, cette fondation possède aussi d’autres objectifs qui sont liés aux principes de démocratie, de légalité et de droits de l’homme. Les voici donc en information.

En quoi consiste la résistance iranienne ?

La résistance iranienne est généralement connue comme un mouvement de répression effectuée par des militants, peuples iraniens, en vue de combattre le régime politique actuel en Iran. Aussi appelée sous la dénomination de CNRI (Conseil National de la résistance iranienne), cette résistance représente, en fait, une branche fonctionnant à l’étranger et rassemble d’autres personnalités internationales qui partagent les mêmes idéologies de paix, de justice et d’égalité sociale. La présidente dirigeante actuelle se nomme Maryam Radjavi qui fut établie au pouvoir à compter de l’année 1993 pendant la période de transition.

En général, le CNRI se compose d’une diversité de peuple ethnique qui est recensée au nombre de 550. Ce sont les Juifs, les Kurdes, les Arméniens, les Zoroastriens et aussi les Baloutches. La majorité des responsables est constituée par des femmes qui occupent à elles seules les 52% du nombre total des membres de l’organisation. Malgré les revendications du régime sur la démocratie du peuple, il est classé comme étant une organisation terroriste et figure dans la liste officielle des États-Unis depuis 1997 jusqu’en 2012.

Un aperçu sur les différents principes prévus par le mouvement

Tout d’abord, la résistance iranienne a pour principal objectif d’instaurer un État laïque c’est-à-dire de séparer la religion et le gouvernement. Ensuite, le régime vise aussi à lutter contre la dictature religieuse et notamment les forces nucléaires terroristes qui sont utilisées par les Mollahs contre ceux qui ne veulent pas se conformer à leurs préceptes. En outre, le mouvement prévoit l’autonomisation du Kurdistan iranien qui est une région possédant une limite territoriale avec l’Irak et la Turquie.

Par ailleurs, l’autre but du CNRI est également de lutter pour l’égalité entre les hommes et les femmes. De ce fait, il combat toutes formes de discriminations basées sur le sexe et préconise des principes innovateurs pour la participation des femmes à la direction des affaires publiques et étatiques. En dernier lieu, le mouvement soutient aussi un programme visant à établir une « économie saine ». Cela est prévu pour améliorer la gérance des ressources économiques du pays dans le but de réaliser plus de bénéfices au profit du peuple.